Comment prévenir les rechutes et reprendre du poids: Devenir moins « fragile »

Comment prévenir les rechutes et reprendre du poids: Devenir moins « fragile »

Beaucoup de gens perdent du poids mais restent «fragiles» dans le sens d’être à risque de reprendre le poids. Cet article explore les raisons de cette fragilité et les moyens de vous aider à prévenir les rechutes.

Un verre est un bel exemple de structure stable mais fragile. Un verre peut survivre longtemps si vous le manipulez avec soin et évitez de le laisser tomber, cependant, c’est toujours un risque. Le temps ne rend pas le verre moins fragile. Explorons pourquoi certains régimes semblent être aussi fragiles qu’un verre et explorons différentes solutions potentielles.

Une question centrale dans le contrôle du poids, comme c’est le cas pour tous les autres types de problèmes de comportement, est de savoir comment réduire le risque de rechute. En fait, il n’est pas exagéré de dire que la réduction du risque de rechute est la principale tâche d’un traitement de l’obésité. De nombreuses méthodes peuvent initier un changement, comme par exemples, une semaine dans un spa, un régime alimentaire strict et un programme d’exercices de 21 jours. cependant, ces interventions à court terme ne résolvent pas le problème à long terme. Bien sûr, l’objectif initial de tout traitement est la réduction des symptômes (perte de poids, arrêt de la consommation d’alcool, rétablissement de la dépression, etc.); C’est la première étape nécessaire. Vous devez perdre du poids avant de pouvoir relever le défi de la maintenance. Cependant, vous devez commencer à préparer la maintenance avant d’y arriver et ne pas prendre cette étape pour de l’ acquis.

Ainsi, nous voyons souvent les gens se lancer dans un programme intensif – plus c’est strict, mieux c’est – et obtenir des résultats spectaculaires. Ils se sentent heureux, fiers et confiants, mais malheureusement, ils finissent à un moment donné par se sentir vaincus et découragés. Ils perdent leur concentration et ont du mal à se remettre sur les rails. Peu importe à quel point ça semble bien aller pendant la phase initiale intensive du «camp d’entraînement», ces personnes demeurent «fragiles» quant à leur risque de rechute.

Il y a deux raisons principales pour cette fragilité : Premièrement, le régime intensif n’est pas physiquement ou psychologiquement durable et ne représente pas un véritable changement de style de vie bien adaptée à la réalité de l’individu. Les changements de mode de vie réels sont construits à partir de petits changements moins dramatiques dans la vie quotidienne qui s’ajoutent à de grands changements au fil du temps. Un changement de mode de vie réel vous oblige à faire face à tous les stress, les tensions et les demandes concurrentes de « votre propre » vie. Deuxièmement, les régimes n’enseignent pas aux gens comment maîtriser la crise de rechute elle-même. C’est un autre défi majeur dans le changement de comportement à long terme, et où la psychologie joue un rôle très important. C’est apprendre à faire face à la crise de la rechute qui est la clé d’un changement durable et d’un maintien réussi de la perte de poids.

Le modèle le mieux établi de prévention des rechutes a été proposé il y a environ 40 ans par un psychologue nommé Alan Marlatt. Son travail initial était avec les alcooliques, mais le modèle a depuis été appliqué à toutes sortes de changements de comportement. Dans le modèle de prévention des rechutes, la première question est de savoir comment faire face à une situation à « risque élevé ». Les situations à risque élevé sont celles qui augmentent la probabilité d’un « écart » initial (un retour à l’ancien comportement) pour un individu ; ces situations à haut risque impliquent souvent des émotions négatives et des situations interpersonnelles, mais peuvent également impliquer des événements positifs tels que des fêtes, des vacances et des célébrations. Lorsque nous sommes confrontés à une situation quelconque, nous sommes mis au défi de trouver un moyen d’y faire face. Si nous parvenons à y faire face avec succès, nous acquérons des connaissances et de la confiance, et réduisons notre risque futur de rechute. D’un autre côté, si nous ne parvenons pas à y faire face, si nous cédons à la tentation et si nous dévions de nos plans, nous risquons de perdre confiance et de devenir encore plus enclins à rechuter.

Fait important, même un échec à faire face à une situation peut mener à l’apprentissage, car nous élaborons des stratégies pour éviter de faire face à des situations similaires à l’avenir. Ainsi, ce n’est pas seulement l’apparition d’un échec qui est importante, mais plutôt comment elle est interprétée dans notre esprit. Si une déchéance est interprétée négativement («Je savais que cela m’arriverait, il est impossible de changer mes mauvaises habitudes!»), Cela peut mener à une spirale de mauvais comportements et à une perte de motivation (« j’ai échoué… aussi bien continuer à manger …au moins j’aurai du plaisir « ). Si la confiance est ébranlée au-delà d’un certain point de non-retour, nous sommes susceptibles de conclure que de nouveaux efforts sont inutiles. C’est comme si chaque fois que nous faisons face à une situation à haut risque, nous rencontrons une fourche sur notre route, offrant le choix entre apprendre ou laisser tomber. Nous devons développer ce que l’on appelle un « état d’esprit de croissance », qui consiste à penser que nous pouvons apprendre par essais et erreurs et se pratiquer.

La plupart des patients que nous voyons racontent la même histoire d’avoir perdu et repris du poids plusieurs fois. L’une des premières questions que nous explorons est quelles étaient les causes de la reprise de poids ? Si nous pouvons identifier les causes des échecs passés, nous pouvons renverser la situation à notre avantage. Par exemple, une femme a décrit avoir perdu 50 livres avec une combinaison d’une meilleure alimentation et d’exercices réguliers; Rien d’inhabituel ou d’extrême dans son approche et ça allait très bien … jusqu’à ce qu’elle reprenne son habitude de s’occuper de tout le monde et de ne pas prendre de temps pour elle-même. Ainsi, elle est revenue à ses bonnes vieilles habitudes de ne pas planifier ou organiser son alimentation et ne pas faire de l’exercice, et a inévitablement regagné le poids. En entreprenant une autre tentative pour résoudre son problème de poids, elle serait mieux dès le début de travailler sur ce qu’il faudra faire pour éviter une répétition de ce qui s’est passé. Elle devra vraiment s’attaquer au problème de son mode de vie afin d’en faire une priorité dans sa propre vie.

Dans le monde des affaires, les dirigeants sont invités à faire faire une « pré-mortem» à leurs équipes avant de lancer un nouveau programme. L’idée est d’imaginer que le programme a échoué et de penser à toutes les raisons pour lesquelles cela pourrait arriver. C’est pour se donner un aperçu de tous les pièges qui devraient être évités. La raison pour laquelle cet exercice est une bonne idée est en raison de la tendance naturelle des gens à être trop optimistes lorsqu’ils sont dans un état d’enthousiasme et de motivation élevée, et à ignorer les risques potentiels d’échec. Nous voulons vraiment atteindre le résultat, alors nous nous convainquons que nous sommes tenus de réussir. C’est une attitude dangereuse et qui nous rend plus «fragiles». Mieux vaut commencer par affronter les risques qui nous guettent en bout de ligne et utiliser nos expériences passées pour nous apprendre à modifier nos comportements. C’est la clé de la prévention des rechutes!

C’est ici que notre programme Zéro excuses GO se distingue des autres. Notre équipe multidisciplinaire travaille avec nos patients à affronter les risques de rechute pendant qu’ils perdent du poids. Après avoir atteint le poids cible, nos patients sont placés dans un programme de maintenance ou nous continuons de les suivre pendant toute la période de « vulnérabilité » afin de s’assurer qu’ils ne reprennent pas le poids perdu. Nous misons sur des changements de comportement ne durables et ça fonctionne !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × quatre =